logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/07/2013

QUAND PARIS SE MET EN COLERE

Quand l'injustice devient trop flagrante, quand la police devient politique...alors Paris et la France se mettent en colère.
Flamby le transparent n'a pas encore compris toutes les paroles de ce chant, ou bien il est sourd? mais ça on le savait déjà.

 Que l'on touche à la liberté
Et Paris se met en colère
Et Paris commence à gronder
Et le lendemain, c'est la guerre

Paris se réveille
Et il ouvre ses prisons
Paris a la fièvre:
Il la soigne à sa façon

Il faut voir les pavés sauter
Quand Paris se met en colère
Faut les voir, ces fusils rouillés
Qui clignent de l'œil aux fenêtres
Sur les barricades
Qui jaillissent dans les rues
Chacun sa grenade
Son couteau ou ses mains nues

 La vie, la mort ne comptent plus
On a gagné on a perdu
Mais on pourra se présenter là-haut
Une fleur au chapeau

On veut être libres
A n'importe quel prix
On veut vivre, vivre, vivre
Vivre libre à Paris

Attention, ça va toujours loin
Quand Paris se met en colère
Quand Paris sonne le tocsin
Ça s'entend au bout de la terre
Et le monde tremble
Quand Paris est en danger
Et le monde chante
Quand Paris s'est libéré

 C'est la fête à la liberté
Et Paris n'est plus en colère
Et Paris peut aller danser
Il a retrouvé la lumière

Après la tempête
Après la peur et le froid
Paris est en fête
Et Paris pleure de joie

En France on peut caillasser des pompiers ou des ambulances, on peut dévaliser les morts d'un accident de chemin de fer, sans être arrêtés; mais il est interdit d'exprimer son opinion, ou de simplement porter un tee-shirt, ou un blouson à l'effigie de la Manaifpourtous.


Je vous laisse juges


Commentaires

Oui, c'est la honte!!!les charognards ont été de sortie pour se jeter sur les cadavres et les blessés, il y a des centaines de condamnés à la prison ferme, en liberté, faute de places, etc...... Mais que fait Valls!!la tulipe lui a promis des fleurs primes pour devenir ZEENNNNNNNNNN!!! Il n'y a pas que Paris en colère!!!Hélas!!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 16/07/2013

en effet sa pose question ......... c 'est scandaleux ....

Écrit par : bernadette | 16/07/2013

Oui, il y a mieux à faire ailleurs.
Ceux-là ne font de mal à personnes. Ils signalent juste leur désaccord.
Rien à voir avec les voyous voleurs, casseurs, et j'en passe.
Amicalement
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 16/07/2013

Hugo a mieux que quiconque dénoncé les charognards : pour mémoire , un extrait des" Misérables"

Situation du passage :La bataille de Waterloo : pendant la nuit du 18 juin 1815, un sordide escroc dépouille les
cadavres de tous leurs objets précieux. Il dégage le corps d'un officier pour lui voler sa montre. Celui-ci n'est que blessé…




"En ce moment il eut un soubresaut. Il sentit que par derrière on le tenait.
Il se retourna ; c'était la main ouverte qui s'était refermée et qui avait saisi le pan de sa capote.
Un honnête homme eût eu peur. Celui-ci se mit à rire.
– Tiens, dit-il, ce n'est que le mort. J'aime mieux un revenant qu'un gendarme.
Cependant la main défaillit et le lâcha. L'effort s'épuise vite dans la tombe.
– Ah çà ! reprit le rôdeur, est-il vivant ce mort ? Voyons donc.
Il se pencha de nouveau, fouilla le tas, écarta ce qui faisait obstacle, saisit la main, empoigna le
bras, dégagea la tête, tira le corps, et quelques instants après il traînait dans l'ombre du chemin creux
un homme inanimé, au moins évanoui. C'était un cuirassier, un officier, un officier même d'un certain rang ; une grosse épaulette d'or sortait de dessous la cuirasse ; cet officier n'avait plus de casque. Un furieux coup de sabre balafrait son visage où l'on ne voyait que du sang. Du reste, il ne semblait pas qu'il eût de membre cassé, et par quelque hasard heureux, si ce mot est possible ici, les morts s'étaient arc-boutés au-dessus de lui de façon à le garantir de l'écrasement. Ses yeux étaient fermés.Il avait sur sa cuirasse la croix d'argent de la Légion d'honneur.
Le rôdeur arracha cette croix qui disparut dans un des gouffres qu'il avait sous sa capote.
Après quoi, il tâta le gousset de l'officier, y sentit une montre et la prit. Puis il fouilla le gilet, y
trouva une bourse et l’empocha.
Comme il en était à cette phase des secours qu'il portait à ce mourant, l'officier ouvrit les yeux.
– Merci, dit-il faiblement.
La brusquerie des mouvements de l'homme qui le maniait, la fraîcheur de la nuit, l'air respiré
librement, l’avaient tiré de sa léthargie.
Le rôdeur ne répondit point. Il leva la tête. On entendait un bruit de pas dans la plaine ;
probablement quelque patrouille qui approchait.
L’officier murmura, car il y avait encore de l'agonie dans sa voix :
– Qui a gagné la bataille ?
– Les Anglais, répondit le rôdeur.
L'officier reprit :
– Cherchez dans mes poches. Vous y trouverez une bourse et une montre. Prenez-les.
C'était déjà fait.
Le rôdeur exécuta le semblant demandé, et dit :
– Il n'y a rien.
– On m'a volé, reprit l'officier ; j'en suis fâché. C'eût été pour vous.
Les pas de la patrouille devenaient de plus en plus distincts.
– Voici qu'on vient, dit le rôdeur, faisant le mouvement d'un homme qui s'en va.
L'officier, soulevant péniblement le bras, le retint :
– Vous m'avez sauvé la vie. Qui êtes-vous ?
Le rôdeur répondit vite et bas :
– J'étais comme vous de l'armée française. Il faut que je vous quitte. Si l'on me prenait, on me
fusillerait. Je vous ai sauvé la vie. Tirez-vous d'affaire maintenant.
– Quel est votre grade ?
– Sergent.
– Comment vous appelez-vous ?
– Thénardier.
– Je n'oublierai pas ce nom, dit l'officier. Et vous, retenez le mien. Je me nomme Pontmercy."

Écrit par : fanfan du fatras | 16/07/2013

Je suis sidérée! C'est pas dans mon pays ça, c'est pas possible!
Plus possible de s'exprimer librement, moi qui aime parfois m'exprimer sur mon blog, j'avoue craindre de le faire.
Mais jusqu'où iront-ils?
Amicalement.Monique Ruiz

Écrit par : monique ruiz | 16/07/2013

Une république socialiste se doit de disposer d'une police politique, je ne vois pas trop ce qu'on trouve à redire...
Sinon, je trouve que Paris se met en colère, douce tout de
même, c'est pas la grosse insurrection. En tout cas, le choix
d'Hidalgo confirmera la volonté bien affirmée des Parisiens
de se rebiffer dur. Et si par impossible c'était NKM, ce serait...pareil!
Monique Ruiz a bien raison de s'inquiéter...
Amitiés.

Écrit par : NOURATIN | 16/07/2013

L'Etat n'a jamais aimé les contradicteurs , mais les autorités officielles réglementant les informations ont disparu ..Il en reste quelques séquelles .
Par contre , aucune pitié pour les charognards (j'ai connu un cas proche ) .

Écrit par : daniel | 17/07/2013

Le chant est très beau et peut être compris de différentes façons.Beaucoup de gens sont comme Paris et le disent haut et fort.
Mais La horde des charognards doit être punie sévérement.
J'ai connu un cas de victimes dévalisées, il y a une dizaine d'années, dans une ville de province .La seule différence : les charognards étaient partis à l'arrivée des secours

Écrit par : aln03 | 17/07/2013

c'est le paradoxe de cet état dirigé par un mollasson
qui est obligé d'avoir recours à des actions brutales
pour établir vis à vis de lui d'une apparence de respect

triste situation

Écrit par : kas | 19/07/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique